skip to Main Content

 

Depuis plusieurs mois maintenant, l’avènement des objets connectés est annoncé dans notre quotidien ou dans un futur très proche. De nombreux rapports et chiffres prédisent un avenir plus que positif au nouveau monde de l’internet des objets qui s’offre à nous.

Panorama des prédictions annoncées :

En 2013, l’Idate, à travers son rapport « The Internet of Things Market », estime à 80 milliards le nombre d’objets connectés dans le monde d’ici 2020.

Ce chiffre « redescend » à 26 milliards d’objets connectés dédiés à la santé pour la même année 2020. En précisant même que près de 128 millions de wearables (objets connectés à porter), dont 65 % de montres, seront vendus en 2018.

En 2014, au cours du troisième trimestre de l’année, 12,7 millions d’objets connectés ont été vendus dans le monde, selon une étude du cabinet de conseils Futuresource Consulting, représentant une progression de 40% par rapport au dernier trimestre de l’année 2013.

 

Ce bouleversement semble incontournable, tant les études et les chiffres présentés sont impressionnant et synonymes d’un marché plus que prometteur sur un aspect purement financier.

Une étude d’AB Research a estimé que le marché de l’intégration, du stockage et de l’analyse des données issues des objets connectés, devrait atteindre les 5,7 milliards de dollars en 2015. Pour cette même année, la commission européenne estime que chaque européen disposera en moyenne de sept objets connectés, qu’ils soient classiques ou wearables.

Au niveau national, une étude menée par Xerfi en 2014, indique que le marché français des objets connectés a pesé 150 millions d’euros en 2013 et devrait représenter 400 millions d’euros en 2015, (selon l’institut GFK) et 500 millions d’euros en 2016. Toujours en 2016, les objets connectés représenteront alors plus de 3% des dépenses high-tech des Français.

 

La qualité de vie et le bien-fondé médical sont également mis en avant comme l’atteste la dernière étude de société suisse Soreon Research, qui indique que les objets connectés de santé pourraient sauver la vie d’1,3 million de personnes d’ici 2020.

En précisant toutefois que les outils qui contribueront à sauver le plus de vies (700 000) seront les objets connectés de santé utilisés au sein même des hôpitaux pour surveiller l’état des malades.

En focalisant également sur les objets connectés dédiés à la surveillance des patients atteints de maladies cardiovasculaire et des personnes souffrant d’obésité.

 

Les chiffres ne manquent donc pas pour se convaincre de l’essor pris par les objets connectés.

Dernier signe qui ne trompe pas ; la présence du groupe La Poste au dernier CES à Las Vegas pour y présenter son hub numérique universel. Une application à télécharger sur son smartphone ou sa tablette, faisant office d’interface unique pour tous ses objets et services connectés. Une solution qui s’affranchit également des différents systèmes d’exploitation (Android, iOS, Windows…).

Quand l’acteur historique de transport des informations et des données se lance dans le domaine de l’internet des objets, c’est bien qu’une (r)évolution est en train de se produire…

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

 

 

Par Fabrice Vezin

Créateur du blog Le Monde de la e-santé

Retrouvez-moi sur Twitter et sur LinkedIn

Back To Top