Loin de moi l’idée de prendre la posture du sceptique lorsque tout le monde s’accorde à dire que le quantified self est un marché d’avenir. Il l’est et sera de plus en plus important au fil des années à venir, d’autant que la récolte des données santés est encore une des pièces manquante du Big Data.
Cependant, suite à l’annonce de l’arrêt programmé du Fuelband par Nike, je me suis demandé si le bracelet connecté standard de type capteur d’activité avait de l’avenir

Nike Fuelband

Décembre sous les sapins, Avril sur le boncoin

Le marché des bracelets connectés est florissant. D’après l’étude de Canalys ce sont près de 9 millions de bracelets qui devraient être écoulés cette année. Fitbit domine toujours le marché devant Jawbone et Nike. Derrière la résistance s’organise. Sony, Garmin, Epson, Razor et LG (entre autres) ont présenté leur bracelet au CES et s’apprêtent à rentrer dans l’arène.
Business insider voit un marché à 18 milliards de dollars à l’horizon 2018 de quoi forcément exciter les appétits des géants de l’électronique. Mais d’après une récente étude d’Endeavor Partners, un tiers des possesseurs américains de bracelets connectés l’abandonne au bout de 6 mois. Les bracelets s’échouent ensuite sur tous les sites de vente entre particuliers. Leah Hunter de Fast company a creusé ce phénomène et s’est interrogé sur les raisons de cet engouement autour d’un produit laissé souvent sur le bas coté pour arriver à la conclusion que ce fameux bracelet connecté n’est pas encore un produit correspondant parfaitement aux attentes du grand public.

Mais alors que demande les consommateurs ?

Le spectre de la smartwatch

iwatch

Toujours selon Business Insider 23 millions de « smartwatches » devraient être vendues en 2015 et 45 millions en 2017, contre 11 millions de bracelets électroniques en 2015 et 13 millions en 2017. La courbe entre bracelet et smartwatch s’inverserai dès 2015. Une smartwatch me permettra d’être alerté d’un appel, voir d’y répondre, de consulter mes SMS, mes Mail, d’aller sur internet (petite parenthèse, ça va commencer à devenir vraiment tricky de faire du responsive sur un carrée de 2 pouces sur 2) mais aussi de tracker mes données santés et bien être tout comme mon cher bracelet acheté un an plus tôt, pourquoi alors le garder ? Notre bracelet ne sera-t-il pas cannibalisé à très court terme par la smartwatch, un peu comme l’a fait le smartphone avec le lecteur MP3 (sur un délais nettement plus long j’en conviens).

Du futur du bracelet

no-future

Nike a annoncé la fin programmé de son FuelBand, même si la rumeur d’une association avec Apple enfle de jour en jour. Le mariage serait en effet parfait. Mais si Nike renonce à produire son FuelBand, la célèbre virgule n’abandonne pas pour autant le marché puisqu’elle souhaite se concentrer désormais sur son API et a lancé dans le même mouvement un lab dédié au Fuel du coté de San Francisco, c’est juste la notion de bracelet qui disparaîtra à terme. Nike garderai son aura sur le marché et récoltera toujours les données santé mais laisserai aux autres le soin d’une commercialisation coûteuse et risqué d’un objet électronique dans un marché saturé. Si cela se concrétise cela semble plutôt bien vu.

Et si le meilleur avenir de ces fabricants était de disparaître

La santé sur internet et plus particulièrement les données santés sont probablement un des enjeux majeurs des années à venir. Au-delà du simple gadget, le suivi de notre état de forme par de tels outils pourrait même transformer notre médecine pour l’amener sur le terrain du préventif souvent laissé de coté au profit d’une pratique purement curative, élément pourtant clé dans le cadre des maladies chroniques. Je n’ai aucun doute sur l’usage, mais l’objet en lui-même aura-t-il encore du sens à l’avenir dans un secteur dominé par la concentration des usages au sein d’un seul et même dispositif ?

Mais ne nous trompons pas, les FitBit et Jawbone, auront un rôle à jouer, ce sont les déclencheur d’un changement de paradigme des comportements de santé qui se généraliseront demain auprès d’un très large public. Et les grands industriels de l’électronique ou d’internet aurons besoin d’eux pour profiter de leur expérience, de leur plateforme logicielle mais surtout de leur base de données des comportements santé de leur utilisateurs.

Et vous, vous pensez que le bracelet dans sa forme actuelle a de l’avenir ?

Mathieu Cohen
Digital communication manager & tech enthusiast
Retrouvons nous sur Twitter ou Linkedin