skip to Main Content

A l’heure où se tient le 1er Salon BtoB des technologies et services pour les seniors, Silver Economy Expo, il est intéressant de faire un point sur les évolutions et tendances du marché de la e-santé en France.

logo-silver-economy-expo

Une effervescence au niveau des technologies

En effet, depuis ces derniers mois, il semble bien que le paysage français soit en pleine évolution. En témoigne le boom des solutions liées au quantified self, la multitude d’objets connectés liés à la santé, la création par le gouvernement de la filière industrielle liée à la silver Economy (avec un axe fort autour du maintien à domicile des personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques),  la réflexion autour de la qualification des applications mobiles santé, le succès de l’automédication, l’appropriation des nouvelles technologies par les établissement de santé à tel point que l’on parle d’hôpitaux 2.0 ou connectés,…sans oublier  l’utilisation d’outils tels que les Google Glass lors d’opérations chirurgicales aux US et en Europe.

Et cela ne semble pas prêt à s’arrêter, à en croire les annonces faites pour le prochain salon de l’électronique, le CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas, présentant toutes les innovations et tendances pour les deux années à venir. En effet, selon un récent rapport édité par l’organisme en charge du CES, le marché de la technologie dédiée au quantified self devrait croître de près de 25% en 2014.

Le domaine des vêtements connectés, capables de mesurer les activités physiques, devrait évoluer fortement, en droite ligne des derniers objets proposés tels que les montres connectées (comme la Samsung Gear) ou les lunettes connectées (telles que les Google Glass).

Un potentiel de marché alléchant

Côté chiffres, le marché de l’e-santé devrait progresser de 4 % à 7% en moyenne par an d’ici 2017 (estimé à 2,4 milliards d’euros en en 2012 – source Xerfi-Precepta). Avec une augmentation  du chiffre d’affaires des spécialistes de l’e-santé approchant les 10% par an, en moyenne, d’ici 2017, selon les mêmes études. On comprend aisément l’engouement des acteurs de la filière au regard de ces prévisions. On compterait à ce jour, plus de 200 entreprises spécialisées en e-santé, sans compter le souhait de grands groupes et de nombreuses PME de se diversifier dans ce secteur.

Une organisation stimulant la création

Exemple flagrant de l’intérêt des industriels et des acteurs économique de premier plan pour la e-santé, le projet d’un nouvel incubateur de start-up consacré à la « e-santé » à Paris, situé dans la ZAC Boucicaut du 15ème arrondissement.

incubateur boucicaut

Mené par le Paris Région Innovation Lab en partenariat avec Air Liquide, l’APHP, la CDC, CNR Santé, COVEA, Domus, le groupe SEB, Sanofi, Samsung, SFR et la Société Générale, le lieu ouvrira ses portes en janvier 2014, après la période de sélection des start-up qui s’achève le 15 décembre.

Start-up qui pourront bénéficier d’un financement sous la forme d’une avance remboursable à taux zéro comprise entre 50K€ et 100K€.

Paris aura ainsi son « cluster e-santé », un peu à l’image d’un groupe de 5 villes qui ont mis en place des pôles spécialisés et regroupant des entreprises dédiées aux questions de la santé et l’autonomie à domicile :

Marseille (services à la personne) ; Lyon (technologies de la santé) ; Vierzon (autonomie, gérontologie, handicap, innovation et recherche) ; Lille (biologie, santé, nutrition) et Ivry-sur-Seine (Soliage).

Citons également le projet de la Silver Valley, lancé en juillet 2013 à Ivry-sur-Seine, autour de la future plate-forme Charles-Foix, plateforme immobilière sur 5 000m2 consacrée au vieillissement. Cela sera le siège d’entreprises innovantes dans le domaine des gérontechnologies et des biotechnologies du vieillissement, de laboratoires mutualisés. Avec des showrooms de concepts et produits destinés au bien vieillir.

La Silver Valley regroupe déjà une centaine de membres, dont 50 entreprises (650 salariés), pour un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros, en plus de représentants d’utilisateurs et de partenaires de l’innovation. D’ici à cinq ans, ses promoteurs souhaitent rassembler 300 sociétés (5 000 emplois), générant un chiffre d’affaires de 1 à 2 milliards d’euros.

silver-valley

Une mise en place quasi industrielle pour pouvoir prendre en charge la santé des séniors dans les toutes prochaines.

Et l’enjeu est de taille, car selon l’Insee, 30 % des Français et 1,5 milliard d’habitants sur la planète auront plus de 60 ans en 2035. Les seniors assureront une majorité des dépenses (54 %) des ménages sur les différents marchés à compter de 2015. Le gouvernement table sur 0,3 % de croissance annuelle concernant le marché des seniors.

Un récent rapport, co-signé par l’ANTEL et le CNOM, s’intitule « La télémédecine, ce n’est pas du e-commerce ! ».

Ce à quoi , on peut répondre que la prise en charge de la santé des seniors est en passe de devenir une véritable industrie… et que cela mérite bien un Salon BtoB des technologies et services pour les seniors.

 

Pour en savoir plus :

Un billet très intéressant sur la silver economy :http://www.alliancy.fr/2013/11/28/seniors-la-silver-economy-stimule-linnovation_6573.html

Le rapport publié par l’ANTEL et le CNOM « la télémédecine, ce n’est pas du e-commerce ! » :

http://www.conseil-national.medecin.fr/sites/default/files/telemedecine_e-commerce_0.pdf

——————————————–

Par Fabrice Vezin

Créateur du blog Le Monde de la e-santé

Retrouvez-moi sur twitter et sur LinkedIn

Back To Top