Ces derniers jours on a beaucoup parlé de Xavier Niel et du projet auquel il collabore avec la Caisse des Dépôts et la Ville de Paris, à savoir : la Halle Freyssinet.

Présenté comme le futur plus grand incubateur numérique au monde, ce haut-lieu de l’entreprenariat numérique Français a prévu d’ouvrir ces portes en 2017 afin d’accueillir près de 1.000 start-up tous secteurs confondus.

Avec plus de 30.000m², la Halle Freyssinet pourra offrir des espaces dédiés pour le coworking, un Fablab, un grand auditorium, des salles de réunions… un vrai paradis où pourront éclorent les prochaines tendances proposées par des jeunes créateurs en nouvelles technologies.

Mais Paris n’est pas la seule ville française à prendre la mesure de l’importance de ces espaces à mettre en place afin de créer et développer les entreprises capables d’inventer les technologies de demain ou celles déjà émergentes.

La ville d’Angers se met donc sur les rangs avec son projet de Cité des objets connectés.

Une cité qui devrait voir le jour avant la fin de l’année, dans le quartier d’Orgemont, sur l’ancien site d’une usine Valeo.

Faisant partie intégrante du projet national avec ses 34 plans initié par l’ancien ministre de l’économie, Arnaud Montebourg « La nouvelle France industrielle », cette cité rassemblera un fablab, un centre d’innovation technologique et des usines de production. Elle représente la première étape d’un plan d’action plus global « objets connectés » qui s’étend jusqu’en janvier 2016, fonctionnant tout de même pour ses débuts avec 15 M€ d’investissement et 50 personnes nécessaires pour son fonctionnement.

Un plan national dont le chef de projet est Eric Carreel, fondateur de Withings

Un exemple parmi les 9 premiers résultats présentés lors du 1er anniversaire du plan de la Nouvelle France Industrielle, qui s’est tenu en septembre ; Le t-shirt connecté (Citizen Sciences) qui mesure l’activité des individus et la traduit en indicateurs (fréquence cardiaque, vitesse…) pouvant servir pour le sport ou la santé.

Et quand on sait que le plan « santé numérique » et le plan « dispositifs médicaux et nouveaux équipements médicaux » constituent également des éléments importants de ce projet national, on se rend aisément compte de la place importante qui est donnée à l’évolution numérique de la santé. Alors, avec un peu d’optimisme, on pourrait se mettre à imaginer de prochaines évolutions positives dans le domaine de la e-santé en France.

On me souffle même que le DMP serait relancé dans les prochains mois…

 

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

 

Pour en savoir plus sur le projet « la nouvelle France industrielle » :

http://proxy-pubminefi.diffusion.finances.gouv.fr/pub/document/18/17721.pdf#page=23

http://www.gouvernement.fr/action/la-nouvelle-france-industrielle

 

 

Par Fabrice Vezin

Créateur du blog Le Monde de la e-santé

Retrouvez-moi sur Twitter et sur LinkedIn