skip to Main Content

Dans le cadre d’une semaine de rentrée, il est de coutume d’effectuer quelques révisions avant d’attaquer le nouveau programme de l’année scolaire à venir.
Je vous propose donc, de vous plier à l’exercice et de revenir sur les principaux événements qui ont jalonné le 1er semestre et les mois de l’été dans le domaine de la e-santé. Un rapide coup d’œil sur ce listing, même s’il n’est pas exhaustif, vous remémorera les annonces, lancements, créations qui ont fait l’actualité et qui nous promettent pour certains d’entre eux, une fin d’année tout aussi intéressante.

Alors, restez connectés et bonne lecture …

JANVIER

1re session des trophées de la santé mobile, organisée par DMD Santé. Un événement permettant de promouvoir les applications mobiles de santé de l’année. Les applications en course sont réparties en 2 grands thèmes : les applications mobiles à destination des personnes malades et du grand public, et des professionnels de santé. Plus d’une trentaine de catégories sont ainsi distinguées au cours de la soirée.

Accès au site des trophées de la santé mobile

FEVRIER

Le site e-sante.fr lance le 1er outil intelligent d’analyse des symptômes : e-Docteur. Cette application conçue par des médecins, dont le Dr Loïc Etienne, inventeur du système qui a développé l’algorithme, est capable de guider les internautes dans la description et l’analyse de leurs symptômes. Elle Permet d’évaluer le niveau d’urgence d’une situation, d’identifier les maladies les plus probables parmi plus de 500 diagnostics, de trouver des conseils sur l’attitude à avoir et d’obtenir la liste des médicaments à prendre pour se soulager. L’internaute est également invité à consulter son médecin traitant auquel il peut remettre un rapport proposé par e-docteur, suite à une succession de questions posées à l’utilisateur.

Accès à l’application e-docteur

MARS

Autre première avec le premier DigitalHealthCamp proposé par l’association Alsace Digitale à Strasbourg qui s’est tenu du 28 au 30 mars.

Le temps d’un week-end, plus d’une centaine d’experts en nouvelles technologies et de professionnels de la santé (praticiens, entreprises, chercheurs, étudiants) travaillent pour tenter de prototyper des solutions numériques innovantes au service de la santé à partir d’une série de défis qui leur seront proposés. Les principes d’organisation de ce type d’hackathon ont été codifiés par Random Hacks of Kindness (RHoK) un partenariat qui réunit Google, Microsoft, Yahoo!, la NASA, HP et la Banque mondiale.

Accès au site de l’événement

AVRIL

Fabrice Nabet et Lionel Slusny lancent le 22 avril, la première plateforme française de financement participatif dédiée au monde de l’e-santé : Wellfundr. Le crowdfunding fait son entrée dans le monde de la e-santé en France. Pour le lancement de la plateforme, 4 premiers projets sont soumis aux avis des internautes et investisseurs potentiels. L’objectif affiché est de pouvoir réaliser le financement de près de 45 projets d’ici la fin 2015.

Pour en savoir plus sur Wellfundr et les premiers projets présentés

MAI

Inauguration de l’incubateur e-santé, issu du Paris Innovation Boucicaut, le mercredi 14 mai 2014, situé sur la ZAC Boucicaut, dans le 15e arrondissement de Paris, au 130 rue de Lourmel précisément.

De nombreux partenaires industriels et institutionnels se sont associés au projet :Air Liquide, l’AP-HP, la Caisse des Dépôts, CNR Santé, Covéa, DomusVi, Groupe La Poste, Philips, Groupe SEB, Sanofi, Samsung, SFR et Société Générale.

Pour la 1re année de l’incubateur, 14 start-ups ont été retenues :

AEDMAP : une solution globale de gestion de défibrillateurs cardiaques,

Data Med Care : société spécialisée dans les technologies de l’information et de la communication appliquées au domaine de la santé,

Dr Sport : le premier service complet de prise en charge des pathologies du sportif, de l’analyse de la pathologie à l’orientation vers les professionnels compétents les plus proches, en passant par les conseils pour les premiers soins,

EASYstem : propose une expertise en accompagnement et outillage BPM qui s’appuie sur des ressources méthodologiques, techniques, organisationnelles et humaines capitalisées auprès d’un large réseau de partenaires notamment dans le secteur de la e-santé,

Eeleo : eeleo offre des produits et services dans le domaine des télécommunications sans fil, notamment dans les applications à fortes contraintes en termes de consommation d’énergie,

Khresterion : propose un dispositif médical pour accompagner les médecins dans leur diagnostic clinique,

LeStaff.com : LeStaff.com est un site de partage d’expertise et de développement professionnel continu à destination de la communauté médicale,

Macadam Tonic : des centaines d’exercices à votre disposition, un suivi personnalisé, des programmes adaptés conçus par des professionnels de la santé et du sport pour le bien-être,

Medappcare : « le kiosque des applications santé de qualité »,

MédecinDirect : un nouveau service qui permet un entretien direct entre un médecin et un patient à la recherche de conseils adaptés et pertinents dans le domaine de la santé,

MonDocteur : une équipe qui répertorie les praticiens et actualise leurs créneaux disponibles en temps réel,

PatientsWorld : une plateforme indépendante, entièrement dédiée à l’information, à l’échange et à l’accompagnement des patients dans leur prise en charge et leur suivi thérapeutique,

Santech : une entreprise créée en février 2012, spécialisée dans l’édition de logiciels pour la santé,

Umanlife : un «dashboard» santé relié à vos objets connectés.

Accès au site de l’incubateur 

Autre temps fort du mois de mai avec la table ronde organisée par la CNIL :

La multiplication des données générées autour de sa santé amène à se poser des questions autour de l’accès, du traitement ou de la diffusion des informations ainsi collectées. La CNIL tente d’apporter des éléments de réponse en organisant une table ronde le 28 mai et en consacrant son numéro 2 des Cahiers IP (Innovation et prospective) au sujet du quantified-self et des objets connectés. L’ouvrage intitulé « le corps, nouvel objet connecté » permet une analyse sur l’impact potentiel de ces nouvelles pratiques sur la vie privée et les libertés individuelles.

Pour accéder au cahier IP n°2 de la CNIL

JUIN

Lors du quatrième comité de pilotage des 34 plans de la Nouvelle France industrielle, le gouvernement présente les feuilles de routes concernant deux nouveaux plans stratégiques numériques. Il s’agit des plans « Objets connectés » et « Santé numérique », voulus par le ministère de l’Economie, qui supporte l’idée que la reconquête industrielle française passe par le numérique. Parmi les éléments du plan « objets connectés » notons la décision de la création à Angers de la première Cité de l’objet connecté, dont le cahier des charges sera remis en septembre prochain. Le plan « Santé numérique » quant à lui, met l’accent sur la télémédecine, le traitement par le Big data des données de santé ou la médecine personnalisée ». Dans un objectif de mieux soigner à moindre coût, tout en développant de nouvelles activités économiques en France.

De son côté, IDS Santé publie les résultats de son étude « My santé Mobile » démarrée en juin 2013 avec le but d’analyser l’effet d’un coach électronique sur les comportements en santé. 1000 volontaires ont participé, à Bordeaux, Lille, Lyon et Montpellier, utilisant quotidiennement les capteurs et répondant à des questionnaires adressés lors de l’opération. Quelques mois plus tard, le constat est établi : l’usage d’un capteur d’activité permet de modifier les comportements en santé.

Pour lire les résultats de l’étude My Santé Mobile : http://www.mysantemobile.fr/etude/Communique_My_Sante_Mobile.pdf  et  http://www.silvereco.fr/etude-my-sante-mobile-lusage-dun-coach-electronique-a-un-impact-sur-la-sante/3119349

Au niveau international, Apple annonce Healthkit, sa base de données centralisée dans laquelle les utilisateurs retrouveront l’ensemble des données médicales les concernant. Les géants du numérique se lancent ouvertement dans la e-santé avec les annonces respectives de Samsung, Apple et Google concernant leurs propres plateformes de e-santé SAMI, HealthKit et Google Fit. Avec comme objectif de pouvoir regrouper au sein d’une même interface toutes les données des applications eHealth déjà existantes.

Pour en savoir plus sur les projets d’Apple : http://www.numerama.com/magazine/29561-healthkit-l-inquietante-base-de-donnees-medicales-d-apple.html et http://www.boursier.com/actualites/economie/apple-des-d-innovations-et-cap-sur-l-e-sante-24157.html

Autre acteur international à se lancer dans les services d’e-santé, le groupe électronique néerlandais Philips. Philips lance les premiers services de suivi et de gestion à distance des malades chroniques. En détail, il s’agit de deux services de télémédecine, basés sur la plateforme de cloud computing de Salesforce (leader mondial de la gestion de la relation client) :

eCareCompanion une appli mobile qui aide les malades chroniques à gérer leur maladie, collecter les informations des capteurs médicaux (température, rythme cardiaque, prises de médicaments…) et les envoyer à la plate-forme cloud pour qu’elles soient accessibles en temps réel par le médecin.
eCareCoordinator permet aux professionnels de santé de suivre à distance leurs patients, s’échanger leur expertise et partager des cas. Un logiciel d’analyse des données leur indique les patients à contacter en priorité parmi des centaines suivis.

Pour le moment, ces outils sont destinés exclusivement aux États-Unis dans le cadre de programmes associant des assurances et des professionnels de santé. Ils devraient ensuite arriver en Europe, d’abord au Royaume-Uni, où se déroulent déjà des tests pilotes, puis en France.

Pour en savoir plus sur l’offre de Philips en e-santé

AOUT

En France, l’été aura été difficile pour le site 1001pharmacies.com, assigné fin juin en référé au tribunal de grande instance de Paris, par l’ordre des pharmaciens, pour son activité de livraison de médicaments.

Mise en délibérée jusqu’au 8 août, la décision du juge des référés du Tribunal de Grande instance de Paris, a abouti à la condamnation du site à stopper son service de livraison de médicaments.

Pour en savoir un peu plus sur le jugement rendu et plus largement, sur la vente en ligne de médicament en France 

Parions que les derniers mois de l’année 2014 seront tout aussi animés que ceux que nous venons de vivre. Wait and see !

Pour faciliter la chronologie des exemples cités ci-dessus, je vous propose une déclinaison sous la forme d’une frise temporelle via WhenInTime, c’est par ici pour en profiter !

 

Par Fabrice Vezin

Créateur du blog Le Monde de la e-santé

Retrouvez-moi sur Twitter et sur LinkedIn

Back To Top